[Podcast] Il Faut Qu’on Parle #10 – Friends

 Il Faut Qu’on Parle ! #10 – le podcast consacré aux conversations sur les séries et tout ce qu’elles nous inspirent.

Présenté par Yaële Simkovitch, avec le soutien de son co-pilote Dominique Montay

Dans cet épisode

19 ans depuis que le marathon de Canal Jimmy nous a rendu définitivement accroc à Friends ! L’occasion, pour Dominique et moi-même, de sauter dans une machine à remonter le temps pour parler et rire autour de ce chef-d’oeuvre parfois sous-estimé au vu de sa popularité. Une injustice bien trop commune dans le monde de la culture populaire, que nous entendons bien combattre ici. Attention, cet épisode est un peu en mode « confessions intimes », vous risquez d’en apprendre encore plus sur nous que sur la série. Dis-moi ce que tu regardes, je te dirais qui tu es… Cerise sur le gâteau, ce post est REMPLI d’extraits, faites-vous plaisir, prenez votre soirée et cliquez à volonté!

Chapitres

*02’16 –  Les origines de notre amour

*12’52 – La place de Friends dans notre psyché

*20’29 – Un travail d’orfèvre

*43’04 – Les bémols

*1h01’45 – Lightning round – Saison, épisode, personnage préféré.

Crédits

Pour nous écrire par mail: commentaires@icannotsitstill.com

Si vous voulez notre avis sur quelque chose qui vous taraude n’hésitez pas à nous en parler! Par mail: questions@icannotsitstill.com, ou sur Twitter: @icannotsitstil, ou encore dans les commentaires plus bas.

Pour nous trouver individuellement sur Twitter : @Yaelka@ItsZeDom

Merci à notre grande prêtresse web Juliette, vous pouvez lui envoyer des fleurs virtuelles à @juliettedod

Nous remercions chaleureusement A Virtual Friend dont le morceau Paris la nuit nous sert de générique 

Pour assouvir votre curiosité:

Webographie

Je cite la théorie de Renan Cros sur l’impact de Friends sur nos vies, il l’a notamment expliqué dans la conférence qu’il a donné à Séries Mania en 2014: Sitcom américaine: de qui se moque-t-on ?. Prenez le temps de regarder la vidéo, c’est passionnant.

Il y a deux épisodes indispensables de Nerdist Writers Panel à écouter : les retrouvailles des auteurs de la saison 1 et cette conversation avec la co-créatrice Marta Kauffman. Le premier permet vraiment de re-contextualiser l’audace de l’écriture de la série, en rappelant le paysage télévisuel de l’époque. On sent aussi que les auteurs étaient tous animés par un désir d’authenticité, encouragés par la liberté de parole que leur accordaient les créateurs et motivés par un standard d’excellence très élevé. 

Si vous voulez lire une critique sévère (et assez injuste) du côté hyper normatif de Chandler, c’est par ici.

Pour vous remonter le moral vous pouvez re-tomber en amour avec Matthew Perry: ,  ou  ou dans cette série de passages chez Ellen où il raconte des blagues absurdes. Parfait ! À regarder dans l’ordre : 1, 2, 3. Et il parle de Friends.

Nous ne vous avons pas offert assez d’anecdotes ? C’est à ça que sert internet.

Le Lightning Round – nos favoris

Saison – Dom : la 2 ; Yaële : la 4.

Episode – Dom : le 3×02 et le 3×09 ; Yaële : le 5×01 (voir l’explication plus bas).

Personnage secondaire – Dom : Gunther ; Yaële : Janice.

La ligne de dialogue de Dom :

Ma ligne de dialogue (j’aurais aussi bien pu donner celle-là): 

Phoebe: Imagine how Ross would feel if he couldn’t teach us about dragons.
Monica: Dinosaurs.
Phoebe: Potato, potahto. 

Et pour pousser le bouchon. Dom s’identifie à Chandler, serait amoureux de Phoebe aujourd’hui (mais de Monica quand il était jeune) mais ne voudrait pas être ami avec Ross, mais peut-être avec Rachel. Moi je m’identifie à Rachel, serait amoureuse de Chandler et voudrait être amie avec Joey.

Les épisodes cités:

123 – The One with the BirthOù Chandler propose à Monica de faire un enfant avec elle si elle n’a pas de mari à 40 ans. (« Dear god, this parachute is a napsack« )

203 – The One Where Mr. Heckles Dies – l’épisode oublié du marathon de ’97.

207The One Where Ross Finds Out – Épique, modèle en son genre… Ross apprend que Rachel est amoureuse de lui (en bonus Monica fait faire du sport à Chandler)

213The One With The Prom Video – Où on découvre fat Monica (la seule fois où ce n’est pas trop insupportable à regarder), et qui a une des plus grande réaction du public, et pour cause!???? (« See? He’s her lobster!« )

302 The One Where No One’s Ready – Un des épisode préféré de Dom. Exemple classique de bottle episode filmé en temps réel. 

307The One With the Race Car BedLa scène pré-générique est entièrement constituée des pensées de nos Friends, c’est là qu’on apprend que Gunther est amoureux de Rachel. (« Who’s Singing?« )

309The One With the Football – L’autre épisode préféré de Dom. Inoubliable épisode de Thanksgiving, qui ne m’a pas du tout préparé à comprendre les règles du jeu pour Friday Night Lights. (« Thank you Amsterdam, Good Night!« )

401 – The One With the Jellyfish – Avec l’engueulade mémorable entre Ross & Rachel, et Monica qui annonce à Chandler que même si elle l’aime il sera toujours le mec qui lui a pissé dessus. (« Joey we swore we’d never tell!« )

412The One With the Embryos – Avec la citation préférée de Dom. Épisode inoubliable du pari entre Monica & Rachel et Chandler & Joey qui se termine par un échange des appartements. (« Miss Chanandler Bong.« )

501The One After Ross says Rachel – Mon épisode préféré. Les retombées du mariage à Londres de Ross & Emily, le premier épisode où Chandler et Monica sont « ensemble ». Matthew Perry n’a jamais été aussi beau que dans la dernière scène. (« You spit on me, man!« )

511The One with All the Resolutions – L’épisode où Chandler essaye de ne plus faire de blagues sur ses amis (et où Rachel découvre sa relation secrète avec Monica). (« Just the one divorce in ’99. WHOO! »)

517The One with Rachel’s Inadvertent Kiss – Où Chandler est si fier de ne pas être celui qui panique au sujet de sa relation avec Monica. (« Monica, you’ve got to stop this competitiveness. Just to prove them wrong you want me to go up stairs and have sex with you over, and over, and over, and I’m saying no to this why? Get your coat!« )

606The One On The Last Night – Où Chandler invente le jeu Cups pour donner de l’argent à Joey (qu’il perd immédiatement en jouant contre Ross).

609The One Where Ross Got High – Où on apprend que Chandler paye les (mauvais) cours de théâtre de Joey. L’extrait du bêtisier où Schwimmer et LeBlanc essayent de garder leur sérieux en mangeant le gateau sont inoubliables (je vous l’ai mis en bas de la page).

708The One Where Chandler Doesn’t Like Dogs – Où Ross n’arrive pas à se souvenir de tous les états d’Amérique. (« Nobody cares about the Dakotas »)

711The One With All the Cheesecakes – On ne l’a pas cité, mais il fallait vous le rappeler, c’est un épisode où on a le rare plaisir de voir Chandler et Rachel interagir… en mangeant le meilleur cheesecake de leur vie (« Apparently we just don’t pay for food anymore »).

712The One Where They’re Up All Night – Pour la nuit mouvementée que Phoebe passe avec son alarme à incendie.

714The One where They All Turn Thirty – Pour l’intelligence des auteurs qui arrivent à ne jamais avoir à donner des ages précis à leurs personnages, mais surtout pour Joey!

718The One With Joey’s Award – Quand Monica panique à l’idée de ne plus jamais tomber amoureuse, Chandler lui avoue qu’il ne regrette pas l’angoisse des premiers mois. (« When I first meet somebody it’s mostly panic, anxiety, and a great deal of sweating. I was dangerously dehydrated during the first six months of our relationship. ») 

804The One with the Videotape – qui se termine avec une des meilleures blague en cascade, où une série de petites blagues s’avèrent avoir servi l’installation de la chute de l’épisode… (« Ken Adams!« )

814The One With the Secret Closet – Il y a mon dialogue préféré entre Phoebe et Monica. Mais les tentatives de Chandler pour ouvrir le placard secret de Monica sont parfaites. (« Richard? If-if you’re in there, could you pass me my credit card?« )

820 The One With The Baby Shower – C’est là qu’on découvre le jeu Bamboozled. Un classique!

822The One Where Rachel is Late – Où Chandler s’endort pendant le film de Joey, ce qu’il prend mal jusqu’à ce qu’il se souvienne de tout l’argent que Chandler a investi dans sa carrière.

906The One with the Male Nanny – L’épisode très gênant avec Freddie Prinze Jr. qui montre à quel point la série est hétéro-normative.

1009The One With The Birth Mother – « JOEY DOESN’T SHARE FOOD!« 

Les sitcoms que j’ai cité et que vous devriez regarder (ou pas).

The Class – non, pas le titre américain de Entre les murs – le joyau méconnu co-créé par David Crane en 2006 avec un ensemble d’acteurs excellent (qu’on a retrouvé depuis dans 50 séries) y compris l’ex de Matt LeBlanc, Andrea Anders, qui jouait dans Joey, puis a joué dans l’excellente Better Off Ted (et dans la plus médiocre Mr. Sunshine avec Matthew Perry, celle-là pas la peine de la regarder.) Par contre faites-vous l’intégral de Happy Endings (dans l’ordre de production pas de diffusion). Et franchement les 4 première saison d’Une nounou d’enfer sont excellentes (surtout quand on a une mère et une grand-mère juive).

 

Notes, Trivia & Errata

Sans vouloir être trop nerdy là-dessus, j’avais envie de vous donner un peu plus d’indications sur la structure classique de la blague : ce que j’appelle le set-up/pay-off. En fait le pay-off c’est tout simplement ce qu’on appelle punchline… enfin en anglais parce qu’apparemment en français on utilise beaucoup ce terme pour signifier one-liner. Sans parler du fait que la culture rap française a une définition encore différente de punchline. Bref… à vous de choisir votre terminologie mais je vous suggère de vous renseigner sur les usages anglophones de ces pratiques, en commençant, par exemple, avec ces quelques articles (en VO) : principes de la Joke Structure, Setup and payoff dialogue technique – 101La méthode générale du planting (autre façon de dire set-up)Exemples de set-up/pay-off dans Retour vers le futur. Ils sont fous ces américains, ils racontent tous leurs secrets de fabrication sur internet…

Je me suis un peu fourvoyée en disant qu’au départ de la série Monica, Rachel et Ross étaient les personnages principaux et Phoebe, Chandler et Joey les secondaires. Les auteurs présents pour l’écriture du pilote disent (dans le podcast cité plus haut) que les six devaient avoir la même importance dès le départ. Cependant le studio a tenté de les forcer à se focaliser sur Monica dans le pilote, cela explique le déséquilibre ressenti dans le pilote. D’expérience, aujourd’hui encore, beaucoup de producteurs et de commanditaires n’aiment pas trop quand il y a plus d’UN personnage principal… Cela risque de confuser le spectateur… (je suis très sérieuse, bien que hautement déprimée par cet état de fait)

Pour les historiens: le marathon Friends de Canal Jimmy a bien eu lieu de 15 mars 1997 et ils n’ont diffusés que 23 épisodes : toute la seconde saison sans l’épisode 3. (C’est bien entendu pour ça que nous publions ce podcast exactement 19 ans plus tard… et pas parce qu’il m’a fallu plus longtemps que prévu pour terminer ce post).

Le livre sur Buffy que j’ai lu toute une nuit d’automne 1998 c’est The Watcher’s Guide, qui a l’avantage d’être rempli d’extraits de dialogues de la série : ma première rencontre avec le Buffy speak en VO. Pour la petite histoire j’ai passé la nuit à écouter Celebrity Skin de Hole et j’associerai donc jusqu’à la fin de mes jours Northern Star à l’amour impossible entre Buffy et Angel (les paroles ont l’air écrites pour eux… non?).

L’épisode de The Simpsons dont Dom parle qui traite vraiment de la gay fear c’est Homer’s Phobia qui date de 1997.

L’épisode de 3rd Rock From the Sun dont je parle est le 1×13 : Angry Dick.

Dans la catégorie Yaële-ne-sait-pas-parler-français j’ai relevé: *4’57 « toutes les automatismes » *17’41 « Ils ont de l’affection les uns avec les autres » *26’08 « ils font plus de succès, plus d’argent qu’aucune autre série sur la télévision ». Le diagnostique est irréfutable, c’est de l’anglicisme aigu… comme c’est surprenant!

Vous aurez remarqué que je n’ai pas cité la « réunion » qui a eu lieu pour James Burrows récemment, c’est parce que la soirée était plus embarrassante que réjouissante, mais si ça vous fait plaisir, voilà leur conversation.

En passant 8 jours sur youtube à chercher tous ces liens j’ai réalisé que j’avais oublié de citer un certain nombre de scènes… Un exemple parmi tant d’autres dans l’épisode 5×16… en guise d’introduction un mot : pivot

#Teasing

Matage de série vol. 5! On ne parle presque plus que de trucs qu’on aime 🙂

Crazy Ex-Girlfriend, Superstore et Marvel’s Agent Carter… on dit aussi quelques mots de Lucifer …

Bon marathon Friends d’ici là ! (genre vous n’allez pas immédiatement vous y remettre)

@Yaelka

… et parce que je vous aime bien…. #YoureWelcome 

2 réflexions au sujet de « [Podcast] Il Faut Qu’on Parle #10 – Friends »

  1. Hello ! Bravo et merci pour tout ce que vous faites 🙂
    C’est toujours rassurant d’entendre et de lire d’autres « malades » de series !!!
    Pour revenir sur la célèbre diffusion du 15 mars…j’avais cru comprendre que l’épisode 3 n’avait pas été diffusé pour ne pas choquer les spectateurs ! Pour beaucoup de gens, c’était une découverte. Et montrer la mort d’un personnage (certes secondaire) de cette « nouvelle » série au bout de 3 épisodes, ça aurait paru un peu bizarre, un peu glauque. Ils ont surement décidé de le supprimer, du fait en plus qu’il n’était pas lié au fil rouge de la saison (trio ross-rachel-julie)…
    Merciiiii j’ai adoré ce post !!! (et non je ne re-re-reegarderais pas tout de suite l’intégrale de la série…les vacances d’Avril arrivent très vite :-p)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 15 =