Les Oscars, Les Oscars, OMG les Oscars!!!!

Chère amie,

J’ai passé ces dernières semaines absorbée par les oscars qui commencent dans quelques heures. J’essaie chaque année de voir tous les films nommés et chaque année je dois m’avouer vaincue au soir de la cérémonie. Et je n’essaie même pas de voir les documentaires… J’ai du mal à justifier mon obsession pour les cérémonies de remises de prix, plus je m’intéresse à Hollywood plus je sais à quel point cette institution est ridicule…

Ce n’est en réalité qu’une vaste supercherie où la pseudo élite intellectuelle d’Hollywood fait semblant de s’intéresser aux films sérieux pour adultes alors que la plupart d’entre eux (comme le reste du monde) préfère regarder des films de super-héros ou des séries sur Netflix. C’est une crise de déni collectif qui a l’avantage de permettre à une poignée de films ambitieux d’être financés convenablement chaque année. Sinon ces films n’auraient plus aucune place dans le système.

Mais ne te fais aucune illusion, si nos amis de l’académie n’auront jamais l’honnêteté de nommer Guardians of the Galaxy comme meilleur film, ils ne sont pas non plus de grands cinéphiles. Ils ont tendance à nommer les films qui font le buzz et à donner les oscars à ceux qu’il connaissent déjà ou qu’ils spolient depuis trop longtemps. A l’occasion, ils couronnent une charmante nouvelle venue chez les actrices.

La plus grande partie de la couverture médiatique pré- et post-oscars est consacrée à la frustration générée par les injustices des oscars. Enfin, c’est moins pire que les Emmy qui ont donné le prix de la meilleure comédie tous les ans à Modern Family. Ce qui reste déprimant c’est l’étroitesse du champ de sélection. Seulement 10 films ont plus d’une nomination dans les catégories principales. Et quand on les voit en si peu de temps, il y a comme un sens général de déjà vu.

Six d’entre eux sont des films biographiques : Selma, The Theory of Everything, American Sniper, The Imitation Game, Foxcatcher et Wild. Deux donnent une place choix aux artistes ET à la batterie de jazz : Whiplash dont c’est le sujet et Birdman qui ne serait pas le même film sans la musique d’Antonio Sanchez. Deux films parlent de l’histoire américaine : Selma qui montre Martin Luther King comme jamais et American Sniper qui offre un regarde discutablement simpliste sur la dernière guerre en Irak. Les deux ont souffert de controverses qui vont leur coûter les prix les plus importants. Sans oublier les deux génies anglais : Turing le papa de l’informatique, interprété dans The Imitation Game un film très gentillet et sans relief par Cumberbatch et Hawking, le physiciste le plus célèbre du monde joué par Eddie Redmayne. The Grand Budapest Hotel a l’air de tirer son épingle du jeu en étant un des rare film léger du groupe, mais n’oublions pas qu’il décrit l’anéantissement de la vielle Europe par le totalitarisme des années 30 ce qui est moyennement gai. Toutes ces redondances n’enlèvent rien à la qualité individuelle de ces films (sauf The Imitation Game, dont le succès ne s’explique que par ces deux mots : Harvey Weinstein), mais en disent long sur la courte vue artistique des votants.

Finalement Boyhood est le seul qui échappe aux comparaisons. Il faut dire qu’il choisit de célèbrer la vie ordinaire, alors que tous les autres s’intéressent à des légendes, des stars, des champions et autres génies. Enfin il y avait Wild aussi, qui aurait mérité d’être en compétition pour meilleur film et meilleur scénario, mais vu que c’est un film de meuf… c’est uniquement pour ses actrices qu’il est reconnu. C’est donc Boyhood qui va remporter le prix du meilleur film. Parce que n’en crois pas leurs manières, l’académie aime les films qui font plaisir. Je suis médisante, car il le mérite, cet oscar, même si mon cœur balance entre lui et Birdman. Avec un peu de chance Inarritu gagnera meilleure réalisation… Et comme Ava DuVernay, la réalisatrice de Selma n’a pas décroché de nomination je n’ai rien à regretter.

Ils ont beaucoup écrit aux Etats-Unis sur le racisme potentiel de l’académie qui n’a nommé que des acteurs blancs et a raté l’occasion de nommé sa première réalisatrice noire. Mais, tu me connais, je suis tentée de mettre ça surtout sur le compte de la misogynie du système. Le problème est systématique. Seulement The Theory of Everything est à la fois nommé pour meilleure actrice et meilleur film, pourquoi? Pour la simple et bonne raison qu’aucun des autres 7 films n’a de rôles féminins assez importants pour passer pour principal. Ironiquement le biopic de Hawking est adapté du livre écrit par Jane Hawking, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Je sais ce que tu vas me dire, je vois la misogynie partout. Et je te rassure les femmes ne sont pas les seules victimes. David Oyelowo, éblouissant en Martin Luther King est inexplicablement absent de sa catégorie. Bien entendu, on considère que le film a été ignoré par l’académie parce DuVernay s’est permit de répondre directement aux critiques qui lui reprochaient de ne pas avoir assez bien représenté Lyndon B. Johnson, le président préféré de la gauche américaine. Je sais ça paraît complètement absurde. Je t’ai mis un lien vers un article qui raconte tout ça. Ils sont fous ces gens !

Mais pour être honnête avec toi, malgré toute ma colère politique, ce n’est pas l’ignorance de Selma qui me rend le plus triste, c’est l’entêtement de la branche musicale de l’académie de ne pas reconnaître le travail d’Antonio Sanchez. C’est d’une absurdité uniquement rivalisée par l’absence de The Lego Movie dans la catégorie animation. Comment ont-ils pu !!!!

Mais je m’emballe, je m’emballe, alors que la cérémonie commence déjà à Los Angeles. Il faut que je m’échappe d’internet au plus vite sinon je vais me faire spoiler.

Je te laisse donc avec mes prédictions :

Meilleur film : Boyhood

Meilleure réalisation : Alejandro Inarritu pour Birdman

Meilleur actrice : Julianne Moore pour Still Alice

Meilleur acteur : Michael Keaton pour Birdman

Meilleure actrice dans un second rôle : Patricia Arquette pour Boyhood (Je regrette qu’Emma Stone ne puisse pas gagner pour Birdman mais Arquette mérite de l’avoir…)

Meilleur acteur dans un second rôle : JK Simmons pour Whiplash

Scénario original : Boyhood va gagner mais j’aurais préféré Birdman.

Scénario adapté : C’est The Imitation Game qui va gagner ce qui est un scandale, moi je voudrais que Whiplash gagne.

Meilleure musique originale : Johann Johannsson pour The Theory of everything Mais c’est une catégorie ridiculisée par la disqualification de Birdman

Meilleure chanson : Glory de John Legend (la partie la moins interessante mais la moins dérangeante de Selma)

Meilleur film étranger : Ida

Meilleur film d’animation : How to Train Your Dragon 2 Là encore discréditée par l’absence de The Lego Movie

Je te donne mon score dans ma prochaine lettre. Je t’embrasse

PS: une petite Webographie pour passer le temps (je sais je suis terrible)

http://www.hollywoodreporter.com/race/brutally-honest-oscar-ballot-2015-773902 http://grantland.com/hollywood-prospectus/final-oscar-predictions-who-will-win-on-sunday/ http://grantland.com/features/selma-oscars-academy-awards-historical-accuracy-controversy/ http://www.ew.com/article/2015/01/21/selma-ava-duvernay-oscar-snub http://www.hollywoodreporter.com/race/inside-story-why-birdmans-drum-760140 http://www.npr.org/2015/02/22/387994380/in-oscar-nominations-for-best-score-some-hear-sour-notes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − huit =